Etre aupair: Ce qu'il faut savoir avant de partir

Publié le 11 Juin 2013

On a souvent tendance a penser qu’être au pair est une manière facile d’améliorer une langue étrangère et de passer quelques mois dans un pays pour le découvrir. Et c'est vrai, c'est une expérience incroyable et une véritable aventure humaine. Cependant, il y a quelques détails qui ne sont jamais dit sur les sites d’au pair et qui selon nous est important de savoir avant de sélectionner la famille idéale et de faire vos valises.


A. Trouver la bonne famille:

1) Attention aux arnaques!

De plus en plus de familles bidons pullules sur les sites d'au pair, et on peut se faire prendre assez facilement a l’hameçon. D'une manière générale, si les familles vous contactent d'elle-même spontanément et vous dit que vous êtes la fille parfaite pour eux, il y a lieu de se méfier (pas toujours cependant, ma propre famille l'a fait et en effet c’était la combinaison parfaite). Plusieurs indices peuvent vous aider a faire le tri entre les vraies familles et les fausses: a) les salaires exorbitants proposes b) demande d'une photocopie de votre carte d’identité ou de vos coordonnées bancaires c) des emails qui n'ont pas vraiment de sens, bourres de fautes d'orthographes ou qui ne concordent pas avec vos réponses

Pour en avoir vraiment le cœur net, un truc qui marche très bien: copier/coller leur adresse email sur le moteur de recherche. Si les premiers messages viennent de sites "Attention arnaque", inutile d'aller plus loin avec ces bandits.


2) Montrer patte blanche

Dans les cas des familles anglophones on vous demandera souvent de fournir des références. Cela se fait très souvent la-bas, et çà se comprends car personne n'a envie de confier ses enfants a des étrangers sans être un minimum rassure. Cela devrait être aussi vrai pour l'inverse mais c'est malheureusement rarement le cas. Vous débarquez chez des gens que vous ne connaissez pas, vous méritez d’être rassurée aussi, non? Si possible demandez les adresses email de TOUTES leurs anciennes au pair. Si ils en ont eu plusieurs ils auront tendances a vous donner l'adresse de celle avec qui çà c'est le mieux passe, mais croyez moi vous aurez besoin de tout les témoignages pour vous faire une idée.


3) Savoir ce que vous êtes prêtes a faire ou pas

Le travail de fille au pair varie peu mais ces variations sont assez importantes. Des taches ménagères vous seront attitrées et, selon mon expérience, on attendra souvent de vous de les faire pendant votre temps libre et non pendant que vous vous occupez des enfants. Vous devrez donc savoir gérer votre temps de travail, et effectuer des taches simples de manière répétitives. La plupart du temps dans leurs annonces les parents sont assez clairs dans ce qu'ils veulent que vous fassiez au quotidien. Prenez la peine de lire attentivement leur annonce et de vous projeter en train de le faire.


4) Dialoguer un maximum

Il est important que les parents et vous appreniez a vous connaitre. De nos jours des tas de moyens de communication s'offre a nous. Pendant votre recherche, je vous conseille de répondre chaque jour a tout les parents avec lesquels vous êtes en contact, et d'en contacter d'autres quotidiennement jusqu’à ce que votre départ soit sur et certain.


B. S'adapter a leur vie de famille

1) Les premières semaines

Cette période est souvent assez intense et il vous faudra pas mal d’énergie. Les enfants se laissent apprivoiser plus ou moins facilement, les parents vous bombardent d'informations dans une langue que vous ne maîtrisez jamais assez, la nourriture est étrange, vous n'avez aucune idée de ce qui se passe aux alentours et vous avez oublie la moitie des choses dont vous avez besoin.

Prenez toute votre patience a deux mains et naviguez du mieux que vous pouvez. Cela passera, je vous assure. Soyez vous-même, faites preuve de complicité avec les enfants ( sans vous laisser embobiner) et rassurez les parents autant que possible. Essayer de passer un maximum de temps avec les parents quand ils sont a la maison afin qu'ils apprennent a vous connaitre aussi. Ils ont besoin de vous faire confiance.


2) Le décalage culturel

Il arrive plus ou moins rapidement suivant les cas, mais vous allez y être confronte. Déjà dans le même pays, chaque famille a sa façon de vivre, ses habitudes, son règlement intérieure. Ajoutez a cela une belle dose de différence de culture et vous risquez d'etre vraiment perdue. En phase d'apprentissage, dans les premières semaines, essayez de vous faire aux règles de la maison. Plus vous les connaîtrez, et mieux vous pourrez les faire appliquer aux enfants. Attention lorsque vous trouvez une règle n'ayant aucun sens: si un enfant s'en rend compte, vous êtes sure qu'il va l'enfreindre ( et ce n'est pas si simple de gronder un enfant quand vous n’êtes pas trop d'accord avec les parents). L’idéal est donc d'en parler avec les parents en l'absence des enfants. N'essayez pas de changer leurs habitudes de vie, aussi insensées soit-elle. Vous êtes chez eux, et quand on est a Rome, on fait comme les romains.


3) L'éducation

Cela peut paraître bizarre, car d'un pays à un autre l'éducation n'est pas forcément la même. Cela est mon cas avec l'Autriche et l'Allemagne. Mais on a pas le choix on doit l'accepter et ce plier à celle que reçoive les enfants qui n'est pas forcément en accord avec la notre (celle que l'on a reçu ou celle que l'on veut transmettre), alors oui on peut instaurer quelques principes de base mais pour les fondamentaux, il faut s'en tenir à ceux de la famille.
On peut aussi en parler aux parents pour savoir ce que l'on peut dire ou faire, comme par exemple les punitions ou les restrictions. Comme çà pas de mauvaises surprises pour vous ou pour les parents. En revanche essayez de vous entendre avec les parents sur le fait que lorsque vous dites non ils ne disent pas oui après.


C. Les secrets pour une expérience réussie

1) Prendre des cours

Ils vous permettront d'avoir une meilleure approche de la langue que vous apprenez. De plus, cela vous permettra de faire des connaissances en dehors de la famille.Alors certes au départ la communication ne va pas être des plus simple car on vient d'un peu partout dans le monde, mais c'est drôle car au final on apprend un peu toutes les langues, par exemple moi en 9 mois en Autriche, j'ai appris l'espagnol et maintenant je le comprend. Et surtout cela vous permet de rencontrer des gens et de sortir les weekend, ce qui permet de décompresser de la semaine.


2) Explorer

Partez le plus souvent possible de la maison pour explorer les alentours, le centre ville le plus proche, les lieux a visiter. Certaines familles vous emmèneront avec eux lors de leurs excursions, si ils vous le proposent, allez-y, cela permettra plus de complicité. Mais n’hésitez pas a partir seule, recherchez sur internet ce qu'il y aurait a faire, partez le matin en ville, ou même un peu plus loin pour le weekend, et profitez! Vous en reviendrez plus en forme pour les enfants et avec plein de choses a partager, ainsi que de beaux souvenirs.Et surtout ne pas oublier que même si on a un séjour d'un an, cela passe très vite, donc profiter au maximum de tout!


3) Anticiper

Néanmoins il se peut que vous et votre famille d'accueil ne soient pas compatibles, qu'il y ai des tensions pour X ou Y raison. Le meilleur conseil que l'on puisse vous donner est d'anticiper et de chercher une autre famille des que vous n’êtes pas heureuse. Il se peut que vous puissiez régler le problème et repartir sur de meilleurs bases, mais il se peut aussi que cela dégénéré assez vite et que vous vous retrouviez jetée a la rue du jour au lendemain. Mettez vous a leur place: une personne vivant chez eux n'est pas ce qu'ils s'attendaient à avoir... leur réaction sera souvent de vous demander de partir, plus ou moins précipitamment suivant les tempéraments. Pour l'avoir vécut: N'aillez pas de regrets ou de remords a contacter d'autre famille! Cela n'ira jamais plus loin que ce que vous voudriez. Si cela s'arrange, vous pourrez toujours dire que finalement vous avez change d'avis. Mais si cela tourne au vinaigre vous ne rentrerez pas 6 mois trop tôt chez vous avec un billet qui aura coûté toute vos économies.


4) S'adapter:

Votre rythme familiale n'est surement pas le même que la famille où vous allez aller. Les horaires des repas, les habitudes, les heures du coucher et du lever. Il y a aussi les enfants qui ne font pas forcément leur nuit (même si ils ont 2, 4 ou 7 ans). Tout çà il faut s'y habituer, alors dans un premier temps c'est dur et au fur et à mesure on s'y adapte (plus ou moins). Si vous allez en Autriche ou en Allemagne ne comptez pas faire de grasse matinée, ce n'est pas dans leur culture, tout comme le fait que le repas du midi est souvent sauté, en revanche le matin salé et sucré sont sur la table. Alors certes ce ne sont que des petits détails, mais mis bout à bout çà fait beaucoup, et suffit qu'en plus un des enfants ne vous accepte pas et que la maman ne communique pas tellement avec vous en dehors du fait de vous dire que ce que vous faite ne va pas, çà peut être dur.

En Angleterre, les repas ne sont pas forcement pris en famille le soir. Il est extrêmement fréquent aussi que les enfants mangent leur dîner à 16h30/17h, et on peut vous demander de faire de même. Il est banal de manger un sandwich sur le pouce au déjeuner, même a la maison et en famille le weekend, et le porridge est presque incontournable au petit déjeuner. Les enfants auront peut être beaucoup d'interdits alimentaire ( pas de chocolat, de sucreries, de soda, de matière grasse...) et il est inutile d'essayer de changer cela. Adaptez-vous! Recherchez des recettes, des activités et des jeux a faire avec les enfants, le plus ludique possible! Goûtez de tout! Que ce soit la marmite, les beans on toast au petit déjeuner ou le stilton cheese. Au pire vous aurez des anecdotes amusantes à raconter lors de votre retour en France!


Etre fille au pair peut être une incroyable expérience, mais cela peut aussi être une déception. Ne vous découragez pas à cause d'un échec! Chaque famille et chaque au pair est unique, votre famille idéale est peut être la ou vous ne l'attendez pas! Ouvrez votre esprit a toute éventualité ( campagne, petit ville, autre pays...), et lancez-vous!

Rédigé par Les tribulations 2 jeunes filles au pair

Repost 0
Commenter cet article